18 avril 2007

Boutonnière


Vous saviez sans doute que ce qui distingue, entre autre, un chemisier féminin d'une chemise masculine, c'est la position des boutons : à gauche pour ces Dames, et à droite pour ces Messieurs.

Mais aviez-vous remarqué que la boutonnière la plus basse était horizontale, lorsque toutes ses voisines étaient verticales ? Si si, vous pouvez vérifier...
Notez que quelquefois, sur des chemises de belle facture, il se peut que se soit le dernier bouton qui se distingue de lui-même, par une couleur ou une taille différente....

L'intérêt ? : ne pas avoir besoin de regarder son bas de chemise pour s'arrêter de boutonner ; éviter de "marier lundi avec mardi"...

Ps : les collectionneurs de boutons sont des fibulanomistes

ON partage sur :

Facebook Twitter Technorati digg Delicious MySpace Google LinkedIN

Blogger

5 commentaires:

Patrice a dit…

Sur les 150 à 200 chemises que j'ai portées dans ma vie, je ne pense pas en avoir eu plus 7 ou 8 avec la fameuse "boutonnière"...
Mais, j'ai enfin compris de quoi il s'agissait...
Merci Thomas B.

Boro a dit…

Tu as raison, ce n'est que sur les chemises de qualité supérieure !!!!
Lol

Géraud a dit…

Et la raison du pourquoi du comment les boutonnières pour hommes et femmes sont inversées ?
A ce que j'ai entendu, c'est parce que c'était ces dames qui boutonnaient les chemises de leurs maris : faisant face au monsieur, la boutonnière se retrouvait dans le "bon" sens pour elles.

Boro a dit…

J'ai aussi entendu cette raison, mais n'étant pas sexiste, j'ai préféré ne pas en parler....

le gaucher con...tra...rieur a dit…

Ouf!
Bon, je ne m'étais jamais interrogé sur la question, ne m'étais jamais bien entendu rendu compte de la chose.. Mais combien de fois ai-je entendu ma maman me dire que j'avais boutonné lundi avec mardi..!!

J'imagine, peut-être, que mon statut de gaucher contra-riant, n'est pas pour rien dans l'affaire!

Arrivé à 50 ans, j'ai réussi hier à marier deux chaussures lundi avec mardi.. Une d'une paire, l'autre d'une autre paire.. Sans plus m'en apercevoir..Une vague ressemblance sans doute..

Quand bien même je marie sans vergogne mes chaussettes, tout à fait volontairement..

Vois où me même mes recherches gogol sur cette expression : "marier..." !